Séminaire de recherche : « Scénographies de la deuxième personne : l’implication de l’allocutaire dans les textes anciens »

Maison de la Recherche - Faculté des Lettres, Sorbonne-Universités

9h30-12h00

Responsables scientifiques : Sandrine DUBEL (CELIS, UCA) et Christine HUNZINGER (EDITTA, Sorbonne-Universités)

Entre ces trois pôles normalement bien dissociés de l’appareil formel de l’énonciation que sont « celui qui parle, ce dont il parle, et celui à qui il parle », selon la formulation d’Aristote, les cas de glissements, de bascule ou d’échange ne manquent pas. La labilité de la scène énonciative permet aux auteurs anciens des jeux très expressifs, dont la deuxième personne est souvent le pivot.

Aux récits dit « impersonnels », qui tendent à mettre en sourdine les deux pôles du locuteur et de l’allocutaire, s’opposent les textes où abondent les actes allocutifs par lesquels le locuteur désigne, prend à témoin, engage son allocutaire dans l’énonciation : invocations, apostrophes, récit à la deuxième personne… modulent ces divers degrés de convocation de la sphère du « tu » dans l’oeuvre littéraire. L’« oreille » à qui le locuteur destine sa parole surgit dès lors dans le texte avec une précision extrême, attribue à tout autre récepteur la position d’auditeur imprévu, implicite, et le promeut également spectateur de ce face-à-face entre « je » et « tu » créé par les marques de la deuxième personne.

S’attacher à cette scénographie énonciative, c’est aussi scruter les cas de modification soudaine du jeu des personnes grammaticales que les commentateurs anciens ont regroupés sous le terme d’« apostrophe », selon un rapport à la situation énonciative qui ne coïncide pas avec l’approche moderne de cette figure, et qui comprend aussi bien l’adresse du narrateur épique à un personnage, le changement d’allocutaire (ou de destinataire apparent) au milieu d’un discours, que l’adresse générique à une deuxième personne indéterminée, en récit comme en discours, ou encore l’emploi du style direct libre .

Nous nous intéresserons ainsi aux modalités de définition (grammaticales, philosophiques, rhétoriques) et d’implication de la deuxième personne dans les textes anciens, en faisant alterner les approches : par objet d’étude, selon un angle d’analyse transversal et diachronique, cherchant à tracer l’évolution d’une figure au sein de corpus multiples ; par corpus littéraire, dans l’observation du jeu des figurations de la deuxième personne dans un genre ou une tradition donnés.

Les séances de séminaire sont conçues comme des ateliers de travail, autour d’un ou de plusieurs intervenants, engageant de manière active les participants, et ce travail collaboratif sera appuyé par le carnet de recherche Prosopa créé sur la plate-forme Hypothèses.org.


Samedi 27 janvier 2018

« Autour des théories antiques de l’énonciation : sur l’apostrophe »

Sylvie Franchet d’Espèrey (Sorbonne-Universités)>
(salle Serpente D 116)

Samedi 24 mars 2018

« Autour de la deuxième personne dans l’épopée latine : comment impliquer l’allocutaire ? »

Pierre-Alain Caltot (Sorbonne-Universités) et Judith Rohman 5ENS Ulm)>
(salle Sorbonne E 655)

Samedi 7 avril 2018

« Approches rhétoriques : le dialogisme chez les orateurs attiques »

Sophie Gotteland (Bordeaux-Montaigne)>
(salle Serpente D 223)

Samedi 26 mai 2018

« Approches grammaticales et philosophiques de πρόσωπον Un, deux, trois : pourquoi la deuxième personne ? »

Frédérique Ildefonse (CNRS), avec la participation d’Alain Petit (Clermont Auvergne)>
(salle Serpente D 116)

Samedi 16 juin 2018

« L’apostrophe lyrique grecque et le dialogisme hellénistique »

Jean Yvonneau (Bordeaux-Montaigne) & Christophe Cusset (ENS LSH)>
(salle Serpente D 116)

Responsable(s) Celis :  Sandrine Dubel

Équipe(s) de Recherche concernée(s) :  Littératures et représentations de l’Antiquité et du Moyen Âge

Date et lieu

  • le samedi 27 janvier 2018 de 09:30 à 12:30 - lieu : Maison de la Recherche, Sorbonne-Université (28, rue Serpente, 75006 Paris), salle Serpente D 116
  • le samedi 24 mars 2018 de 09:30 à 12:30 - lieu : Maison de la Recherche, Sorbonne -Universités (28, rue Serpente, 75006, Paris), salle Sorbonne E 655
  • le samedi 7 avril 2018 de 09:30 à 12:30 - lieu : Maison de la Recherche, Sorbonne-Université (28, rue Serpente, 75006 Paris), salle Serpente D 223
  • le samedi 26 mai 2018 de 09:30 à 12:30 - lieu : Maison de la Recherche, Sorbonne-Université (28, rue Serpente, 75006 Paris), salle Serpente D 116
  • le samedi 16 juin 2018 de 09:30 à 12:30 - lieu : Maison de la Recherche, Sorbonne-Université (28, rue Serpente, 75006 Paris), salle Serpente D 116