Poétiques de l’octosyllabe, Danièle James-Raoul et Françoise Laurent (dir.), Paris, Honoré Champion, 2018, 436 p.

Françoise Laurent

Études réunies par Danièle James-Raoul et Françoise Laurent

Le vers constitue le parent pauvre des études médiévales où aucun travail récent ne lui a été consacré. Aussi un état des recherches sur la versification s’avérait-il nécessaire à l’analyse et à la connaissance des textes avec, pour objet principal, l’étude d’un mètre particulier : l’octosyllabe. Dans la production littéraire médiévale, l’apparition du couplet d’octosyllabes, dits ou lus dans le cas du genre romanesque, a en effet constitué, en regard des décasyllabes chantés ou psalmodiés des chansons de geste, une véritable révolution de l’écriture poétique. Cette forme métrique sans césure fixe instaurait une transparence du langage permettant à l’écriture de se prêter à toutes sortes de contenus, fictionnels autant que didactiques ou scientifiques. En outre, l’écrivain médiéval se devait désormais d’exploiter les ressources du seul vers, puisqu’il ne bénéficiait plus d’un accompagnement musical externe. Ce nouveau mètre pouvait dès lors admettre des effets moins sonores, plus subtils que ceux de l’écriture épique. C’est dans cette perspective qu’ont été appréhendés dans ce recueil tous les changements que les historiens du vers constatent à partir du milieu du XIIe siècle.


Publication avec le soutien du CELIS


Références

Paris, Honoré Champion, coll. "Colloques, congrès et conférences sur le Moyen Âge" n° 25, p. 436.

ISBN : 9782745348746

Prix : 55 euros

Année de publication : octobre 2018