• Responsables : Bénédicte MATHIOS/Saulo NEIVA
Faute méthodologique des plus graves pour l’historien - « péché entre tous irrémissible » (L. Febvre) -, l’anachronisme, lorsqu’il est présent dans des textes littéraires, des traductions ou des œuvres d’art, en revanche, peut constituer un objet d’étude des plus précieux. Acte délibéré ou involontaire - reconstitution « erronée » du passé, approche « obsolète » d’une thématique, choix formel considéré comme « désuet » - l’anachronisme peut ouvrir la voie aussi bien à une relecture du passé historique, des pratiques et textes littéraires antérieurs, qu’à une réinterprétation des temps présents et de la production littéraire contemporaine. Hétérotemporalité impliquant une relecture du passé et une réinterprétation du présent qui, si elles ont une valeur de « positionnement » par rapport au champ littéraire ou artistique où s’insère celui qui les propose, nous permettent aussi de penser autrement les rapports que nous établissons à la fois avec le présent d’où écrit l’auteur, avec le passé que cet auteur réinvestit et avec le présent d’où nous lisons ses textes. L’anachronisme est-il « une catégorie littéraire universelle » (J. Luzzi) ?

Le Dictionnaire raisonné de la caducité des genres littéraires (2014), élaboré dans le cadre du programme « Dynamique des genres littéraires » (2011-2016) du CELIS, examine la transformation des formes et des genres littéraires abandonnés à l’aune des conditions historiques et socioculturelles de réception et de « réhabilitation » de ces formes – et non pas à travers une simple analyse de la démarche heuristique menée par chaque auteur. Ce postulat, qui traduit un refus d’examiner la transformation des genres littéraires par une simple « projection rétrospective », a le grand intérêt de proposer des lectures nouvelles de textes qui ont tous en commun leur rapport à une « tradition générique » considérée comme disparue à notre époque ou au moment de leur « réhabilitation ». À travers le programme « Anachronismes porteurs », nous souhaitons approfondir et élargir cette réflexion théorique, en nous intéressant aux différentes modalités de décalage temporel suscité par des choix considérés comme inactuels, inopportuns, à contretemps, voire erronés sur le plan chronologique.« 

Anachronisme en tant que sillon :

  Actualisations de l’inactuel ayant contribué à infléchir des pratiques littéraires ultérieures. Anachronisme comme procédé d’æmulatio. Rôle de la « poétique de l’émulation » (J. C. Castro Rocha) dans les littératures modernes et contemporaines non-hégémoniques.

Anachronisme : la singularité par l'inadéquation temporelle :



Limites des approches euchroniques – « l’artiste et son époque ». Quels outils pour examiner le choix de procédés désuets, l’élaboration d’œuvres inopportunes, le destin d’auteurs inclassables ? Encombrante ineptie ou emmêlement volontaire et talentueux des temps ? L’œuvre comme « montage » (G. Didi-Huberman) de temps hétérogènes.

Anachronisme et historicité : richesse des représentations erronées du passé :



Anachronisme naïf, abusif, accidentel, créatif et pathétique (T. Greene). Le texte littéraire et « la marche des temps » (S. Kracauer). Enjeux épistémologiques et esthétiques de l’hétérotemporalité. Datations équivoques et confusion d’époques : dyschronismes, prochronismes, parachronismes... Anachronismes dans le domaine de la traduction. Rupture de la vraisemblance ou ressort comique ?

Anachronisme érigé en code :



Le suranné, le revival, le vintage, le rétro. L’anachronisme fondateur du goût et des modes. Rites littéraires : une sociabilité anachronique ?

Actions envisagées

  • Séminaire préparatoire : « Entretiens de l’anachronisme », quatre séances de dialogue public avec des théoriciens, visant à réfléchir sur des concepts en rapport avec le programme (2015-2017). En collaboration avec la Maison des Sciences de l’Homme (séminaire « Ruptures et révolutions ») et l’École Supérieure d’Art de Clermont Métropole (ESACM).- Séance plénière : « Penser l’anachronisme », XV Congrès International de l’Associação Brasileira de Literatura Comparada - ABRALIC, Université de l’État de Rio de Janeiro (UERJ).
  • Séminaire et ouvrage collectif : Æmulatio : procédé rhétorique, démarche poétique. En collaboration avec l’Université de l’État de Rio de Janeiro (UERJ).
  • Journées d’études ou colloques internationaux :
    • Anachronismes et fiction.
    • Anachronismes dans la poésie épique. En partenariat avec le Centro Internacional e Multidisciplinar de Estudos Épicos (CIMEEP), réseau international d’études épiques.
    • Le choix des vieilles formes : la modernité des formes fixes.
    • Rire sans anachronismes ? En collaboration avec le CERHAC / IHPC UMR 5037
    • Textes, costumes et mises en scènes à contretemps.
    • Il n’y a de traduction qu’anachronique.
  • Productions artistiques théorisées
    • Deux actions seront conçues et réalisées grâce à une réflexion commune entre chercheurs, commissaires d’exposition et artistes, en proposant une analyse des relations entre théories littéraires, théories esthétiques et pratiques artistiques, afin d’interroger les cadres conceptuels mis à l’œuvre par le programme « Anachronismes porteurs » :
    • -Une exposition et un catalogue, en partenariat avec le FRAC - Fonds Régional d’Art Contemporain d’Auvergne (Ministère de la Culture / Conseil Régional d’Auvergne) et en collaboration avec J.-Ch. Vergne, commissaire d’exposition, éditeur et critique d’art.
    • -Instantanés à contretemps, réalisation d’un livre d’art et d’une exposition de photos sur la représentation nécessairement dyschronique de l’instant et sur les esthétiques photographiques délibérément anachroniques, en collaboration avec A. Mendes Ferreira, photographe et commissaire d’exposition, grâce à un partenariat avec l’Université du Minho, la Ville de Clermont-Ferrand et le Festival Encontros da Imagem (Portugal). L’exposition sera présentée à Braga, à Clermont-Ferrand et à Rio de Janeiro.