• Responsable : Pascale Auraix-Jonchière

1. Séminaire « objets et intimité au XVIIIe et XIXe siècles »:



Ce séminaire d’équipe combine perspectives socio-historique (quels objets à quelles époques ? images du social et essor de la société de consommation) et poétique (quels genres pour dire quels objets ?). Par la perspective adoptée, il entend envisager les objets sous un angle singulier - celui de l’intime -, au croisement de plusieurs axes de réflexion de l’équipe (l’intime, précisément, le voyage). Mais il prépare aussi la réflexion qui se resserrera sur l’œuvre de G. Sand avec le 21e Colloque International George Sand en 2017 (voir ci-après).

Il associe EC et doctorants de l'équipe et quelques invités extérieurs.

2.  « Sand et le monde des objets », juin 2017 :

Ce colloque international aura lieu en juin 2017 à Clermont-Ferrand et à Nohant, avec le soutien de la George Sand Association USA. Ce sera le XXIe Colloque International George Sand.
Il sera publié dans la série « George Sand » des études dix-neuviémistes chez Garnier.


3.  Barbey, n° 23, RLM, Paris, Garnier « Modes, costumes et accessoires »,  Pascale Aurais-Jonchière (dir.) :

Ce numéro de la Revue des Lettres modernes consacrée à Barbey d’Aurevilly sera préparé par une journée d'étude qui se déroulera au Centre National du Costume de la Scène à Moulins en 2017.

4.  Autour de la nature morte en littérature et en peinture au XIXe siècle :

Ce séminaire sera organisé conjointement par l’EA 7305 (Université de Lorraine), le CRP 19 (Université Paris 3) et le CELIS. Il s’organisera selon des séances bimestrielles échelonnées entre février et novembre 2016 et trouvera son aboutissement lors d’un colloque destiné à valoriser les acquis de cette réflexion. Une première séance de travail a eu lieu le 19 mai.
En nous fondant sur une définition simple de la nature morte comme représentation de choses et d’objets inanimés, naturels ou artificiels, nous aimerions nous attacher aux représentations d’objets dans la littérature et les arts graphiques, en particulier la peinture et la photographie et interroger cet engouement des écrivains et des peintres du XIXe siècle pour les objets et les choses, alors même que la critique artistique met en avant un relatif effacement du genre, au moins dans la première moitié du siècle, et que la critique littéraire affirme ne pas « trouver beaucoup d’échos génériques » de la nature morte picturale dans le domaine littéraire. Nous partirons de ce double paradoxe, sans négliger pour autant la très ancienne tradition littéraire et artistique dans laquelle s’enracine la représentation des objets.

Les orientations privilégiées seront d’ordre poétique et esthétique.
On pourra interroger les interactions qui apparaissent entre la littérature et la peinture dans leurs pratiques respectives. La critique d’art est un moment privilégié de ce croisement des arts : description (texte) de descriptions (vues), logique de l’ekphrasis, transposition et stratégie d’écriture (voir les Salons de Gautier et de Baudelaire notamment).

Il pourra s’agir notamment d’approfondir la question de la représentation de la « chose vile » et de l’objet repoussant – déchet, cadavre, objet abîmé ou simplement « insignifiant ». Il nous semble en effet, comme Jean-Claude Brunon en a eu l’intuition, que ces représentations vont bien au-delà de la provocation anti-bourgeoise et même de l’exercice de style inspiré des éloges paradoxaux des Anciens : elles visent en fait à déstabiliser les canons esthétiques et, partant, à transporter le jugement du terrain de l’objet représenté vers celui du geste artistique, dans un moment où les différentes pratiques artistiques conquièrent leur autonomie. Il y aurait là la matière d’un dialogue enrichissant entre les arts. Comme le pressentait le critique allemand Liebermann, la nature morte pourrait être l’une des voies d’accès à une réflexion des arts sur les moyens qui leur sont propres, hors de tout souci de mimesis.
Inversement, avec la prise au sérieux des données réalistes du monde laborieux (Auerbach) mais aussi en raison de l’affirmation de la classe bourgeoise, l’éloge du quotidien pourra également trouver dans la nature morte un de ses enjeux en termes de représentation identitaire (la nature morte aux États-Unis) jusqu’à la tentation même du Biedermeier en début de siècle. Se posera alors la question du rendement mimétique de la nature morte : « effet de réel » (Barthes) ou excès de réel ?

Les modes d’expression seront alors à explorer, entre nomenclature, dénombrement, classement, séries etc. dans leur dimension strictement de poétique littéraire ou de socio-poétique : la collection (voir Romantisme, n°112, « La collection », 2001), la figure du collectionneur dans le roman ou les physiologies (Les Français peints par eux-mêmes).
Dans le même ordre d’idées, mais à un autre niveau, on pourra s’intéresser aux registres de l’éloge et du blâme quant à la pratique de la nature morte comme genre faisandé de la décadence (Lukacs) ou comme assomption épique de la totalité de la vie où l’homme ne serait plus représenté comme une « fleur coupée » (Gracq) précisément, mais à l’inverse comme l’élément agissant d’un milieu (Balzac) avec lequel il interagit. On s’intéressera alors à la dimension emblématique de la nature morte par exemple. La question des « fleurs de l’écritoire », pour reprendre une expression balzacienne du Lys dans la vallée, roman du bouquet s’il en est, pourrait être féconde à plus d’un titre pour étudier le motif floral dans le roman (de Balzac à Proust, en passant par l’Antonia de George Sand) ou dans la poésie lyrique (l’anthologie, le florilège, le poème-bouquet) et/ou bien sûr descriptive (de Delille au Parnasse, en passant par Gautier). De telles représentations s’appuient sur une littérature mondaine (les codes floraux, par exemple : Mme Leneveux, Nouveau manuel des fleurs emblématiques, ou leur histoire, leurs symboles, leur langage, 1832) ou spécialisée (les traités de botanique) qu’il conviendrait d’explorer également, sans négliger la nature profondément transgressive du message que de telles représentations sont en mesure de faire passer.
Plus généralement, on s’intéressera au mode d’être de l’objet naturel (nature naturée ou nature naturante ?) ou de la chose représentée (mode d’individuation ? héccéité ?) en s’aidant par exemple des réflexions de Heidegger (« La chose », dans Essais et conférences, 1958) ou Gilbert Simondon (Du mode d’existence des objets techniques, 1958).

Intersections :

Les quatre programmes dont il vient d’être question ne se dérouleront pas de manière autonome, même si certaines des manifestations programmées obéissent à une logique qui leur est propre. La tradition initiée depuis des années de séminaires d’équipe garantit l’existence de centres d’intérêt communs aux chercheurs de L&R qui s’investissent dans les différents projets qui sont débattus collectivement et adoptés en fonction de potentielles synergies.
C’est ainsi que la réflexion sur l’objet peut croiser celle qui porte sur le voyage ou sur le rêve, que la découverte de l’ailleurs et de l’autre mène à penser marges et transferts ou encore que la relation de voyage accepte l’épanchement du songe dans la vie réelle.
Le CELIS dans son ensemble est engagé dans un processus qui conduit à comprendre le fait littéraire dans le va-et-vient instauré entre pratiques, représentations et mise en mots ou en images de ces pratiques et représentations. Les programmes portés par l’équipe L & R s’inscrivent dans cette dynamique qui oblige à prendre en compte des productions qui ne relèvent pas du canon et ne peuvent être saisies en dehors des différents contextes dans lesquels elles se situent et qu’elles contribuent à transformer.