Axe « Corpus, Diachronies, Formes » : Implication et Projets

Responsables : Anne-Sophie Gomez et Françoise Laurent
Les trois termes de ce titre désignent des problématiques susceptibles d’être abordées tant séparément que de manière articulée et interdisciplinaire.

Questions de corpus :

La question des corpus est posée comme une véritable problématique qui constitue une recherche en soi. Aussi le terme « corpus » peut-il désigner, dans son acception générale, un recueil de pièces ou de documents concernant une même matière, une même discipline ou un même auteur, ou encore de la mise à disposition de textes présentant une unité d’époque et de genre, ou ce rapportant à un même auteur.

Perspectives diachroniques :

La diachronie est partie prenante de cette interrogation sur les corpus qui peuvent grâce à cette orientation être abordés de manière dynamique et qui initient une recherche susceptible de déboucher sur la constitution de bases de données.
  • De 2021 à 2025, en prolongement du programme Grimm, pour le versant « bases de données », un dossier interMSH (Montpellier/ Sud-Clermont-Ferrand), est consacré aux « Forêts » un programme SHS auxquels participent plusieurs membres du CELIS (Pascale Auraix-Jonchière, Françoise Laurent, Hélène Vial), et de la MSH.
La perspective diachronique s’applique aussi à l’analyse d’une figure historique et/ ou littéraire.
  • Pascale Auraix-Jonchière, dans le prolongement du programme Grimm, prépare la publication de Le cas Blanche-Neige, Réception d’un conte littéraire. Lecture sociopoétique. Cet ouvrage sera publié en 2021 aux PUBP (coll. « Mythographies et sociétés »).

Analyse des formes et des genres : poétique, rhétorique, stylistique :

L’analyse des formes ouvre, quant à elle, un vaste champ d’application. Elle implique notamment l’étude des littératures dans leur réception depuis l’Antiquité jusqu’à l’époque contemporaine, et ne se départit pas d’une réflexion sur les genres abordés en diachronie, comme en synchronie.
  • Pascale Auraix-Jonchière, George Sand, fictions brèves : Mouny-Robin, Carl, Histoire du véritable Gribouille, co-édition in OC de George Sand, Paris, Honoré Champion, 2021.
L’approche des genres littéraires ressortit aussi aux liens entre un auteur et son temps, ainsi que, plus globalement, les interactions existantes entre l’écriture et le contexte social, culturel et historique.
  • Pascale Auraix-Jonchière dirige le numéro 24 de la Revue des Lettres Modernes, série « Barbey d’Aurevilly », sur Les Memoranda. La publication est prévue pour l’année 2021.
  • L’ouvrage de Fanny Platelle Ferdinand Raimund et le renouvellement de la féerie viennoise a pour objet de voir comment l’œuvre de cet auteur s’inscrit dans la Vienne du temps (Peter Lang, 2021).
Bien sûr, les formes sont aussi envisagées dans une acception large embrassant la poétique, la rhétorique, la stylistique, et la mise au jour des influences réciproques de ces trois domaines.

Auteurs et perspectives comparatives :

Pour paraphraser Buffon et son Discours sur le style, le style, c’est bien sûr « l’homme », un auteur dont différents travaux ont pour but d’étudier la production littéraire suivant une perspective comparative ou centrée sur un seul auteur.
  • Françoise Le Borgne organise un colloque consacré à « Casanova et Rétif de la Bretonne » à la Sorbonne, du 1er au 2 avril 2021.
  • Sidonia Bauer (chercheuse postdoctorale) organise une journée d’études /Table ronde « À contre-peur. Habiter le monde en poète», le 7 avril 2021, à la MSH de Clermont-Ferrand.
  • Thierry Poyet dirige un ouvrage collectif sur Flaubert ou l’œuvre mise (Paris, Kimé, 2021).